Une question de météo

Parfois, je me dis que je ne suis pas née au bon endroit. Parce que même si je suis une dingo de champagne, je le suis un peu plus du soleil. Et de la chaleur.

La météo, c’est clairement une obsession chez moi. L’une des premières choses que je fais le matin, c’est consulter mon appli weather et selon ce qui est annoncé, je me lève du lit en mode hystérique ou déprimée. Bien sûr, quand je dis ça, c’est au sens figuré. Je ne vais pas me jeter sous une voiture parce qu’il pleut ou qu’il neige. Par contre, je suis un peu moins pompelup quand il fait moche. Et quand ça dure trop longtemps, le besoin de fuir partir sous les tropiques se fait bien, bien sentir. Comme un mal de tête. Façon puissance dix-mille.

Tiens, en parlant d’échappées belles, je n’ai jamais compris les gens et ami(e)s qui partaient en vacances au ski. Parce que quand même, soyons sérieux deux minutes, entre dépenser de l’argent pour avoir froid et ne ressembler à rien à la fin de la journée et danser tout nu et tout bronzé en chantant darladiladada, y a un gouffre énorme non ? Bon, je ne leur jette pas la pierre, Pierre,  j’ai vécu 8 ans au Canada. On a tous nos bizarreries.

Ceci dit, j’ai aussi vécu un an et demi en Californie et côté temps, c’était un rêve éveillé. Là-bas, j’étais clairement dans mon élément. En plus, je vivais à quelques minutes à pied de l’océan (ouais ouais, c’est mon moment frime). J’y allais presque tous les jours pour rencontrer Kelly Slater me ressourcer. J’adore aller à la plage. Je trouve que c’est le meilleur endroit au monde. Sauf quand c’est un peu trop bondé. C’est pour ça qu’il faut être vigilant sur le choix de l’endroit et le timing

N’empêche, si j’étais une freelance à succès (dans une troisième dimension donc), je ne serais pas contre vivre et travailler quelques mois au chaud. Et j’en profiterais pour apprendre à surfer. Y a pas d’âge pour ça. D’ailleurs, l’autre jour, je suis tombée sur un film ou la nana de 40 ans débauchait son instructeur de 27 ans. Ça m’a motivée. Va savoir pourquoi.

Alors voilà.

En attendant de vivre un conte de fée professionnel, je me remémore les bons souvenirs et j’envisage de vendre un rein pour partir quelques jours à Malte. C’est une idée de mes copines de vadrouille, et elle me fait de l’oeil, cette idée. VRAIMENT. A un point que mon coeur et ma peau me lancent des cris de SOS mais ma raison, celle qui gère mon compte en banque (carrément pas féerique), me dit de me raviser. Oui, parce que j’ai répondu positivement au mail. Ça arrive à tout le monde de réagir sur un coup de tête. 

Bref.

Cette semaine, et ça commence par aujourd’hui (dimanche donc), les températures remontent, et du coup mon moral aussi. Et mon énergie créative, aussi. Appelez-ça l’effet boule de neige (expression que je ne cautionne qu’à moitié bien entendu), ce qui compte, c’est que quand le beau temps va, tout va.

Hmm. J’hésite à sortir ma garde-robe de printemps.

Enfin, c’est peut-être un peu trop tôt.

Related post

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Ton article m’a fait beaucoup rire. 😉 Pourquoi on va au ski ? Parce que la neige qui tombe comme une pluie d’étoiles à la montagne, c’est un peu comme de la magie 🙂

  2. il n’est jamais trop tôt pour ressortir les affaires de printemps, je crois que les miennes ne sont jamais réellement rangées mais j’aime associer gros pull et petite jupe, va savoir 🙂
    Et puis qui ne repond pas positivement aux mails qui demandent si on veut partir en voyage ? 🙂 (je te le redis mais c’est un vrai plaisir de te lire !)

  3. jE SUIS TOUT PAREIL QUE TOI,meme pour le ski(c’est normal, ces majuscules?) haha. j’ai vécu un an et quelques a barcelone et c’était merveilleux niveau temps (plus de 6 mois en t-shirt)…ET TOUT COMME TOI, je rêve de devenir une freelance a succès pour pouvoir faire ce que je veux, une bonne fois pour toutes…

  4. Ohlala tu ne peux pas savoir à quel point ton article me rassure ! je pensais faire partie des seules personnes un peu bizarres peut-être pour qui le temps avait une influence sur le moral. Je surprenais toujours mes proches lorsque je disais au printemps l’année dernière que les journées qui RALLONGEAIENT et le soleil qui arrivaient étaient des facteurs de bonheur pour moi… Des choses vraiment simples pourtant mais qui font que l’été et le printemps sont pour moi, mes saisons préférées et de loin