Une histoire d’âge. Mais non.

Femme. Etre une femme. Se sentir femme.

Si c’est porter des talons hauts, je suis foutue. Pas question que je troque mes vans, mes toms, et toutes mes chaussures plates pour une paire de godasse qui me ferait passer pour une gourde. Parce que j’ai essayé. Une fois. Pour rire. Et j’avais l’impression d’être sur des échasses. Terrifiante expérience, que je ne reproduirais plus. JAMAIS.

De toute façon, je suis contre celles et ceux qui pensent qu’il y a un âge pour s’habiller ou faire les choses. Je ne vois pas pourquoi je changerais de style vestimentaire ou de façon de vivre parce que j’ai plus (bon, beaucoup plus) de 30 ans. Et je ne suis pas non plus une femme-enfant. Même si j’aime toujours les kinders et les pockitos (et que j’ai toujours du mal à manger une glace au chocolat sans m’en mettre partout).

On continue bien d’appeler nos parents « papa » et « maman », alors pourquoi du jour au lendemain, il faudrait jouer à l’adulte trop sérieux ? Parce qu’en vrai, c’est gonflant. On peut tout à la fois être mature et continuer de faire des soirées pyjamas. Devant The Stranger Things ou Dark, par exemple.

Travailler, gagner des sous, vieillir, c’est seulement une continuité de la vie, mais en rien un truc qui devrait changer notre personnalité. Alors évidemment, l’argent que j’économise, je ne m’en sers pas pour aller m’acheter des sucettes à la boulangerie du coin, mais je ne l’utilise pas non plus m’acheter une voiture, ou un appartement. Non, il est là pour des projets bien à moi, des projets de grande, des projet de femme, des projets qui me font plaisir, qui me donnent envie d’avancer. Et ils ne sont peut-être pas les mêmes qu’une bonne partie des gens de mon âge, mais ils me correspondent. Et je travaille dur pour les réaliser.

 

Alors oui, je continuerais de porter des chouchous et de me balader avec mon sac à dos Kanken, même si le bac, je l’ai en poche depuis longtemps. Parce que crois-moi, sous mes airs d’étudiante, je sais très bien ce que je fais. Et où je vais.

 

 

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. J’aime ton article, il me rassure par rapport au fait de devenir ADULTE. Parce que je me vois comme quelqu’un qui, à 25 ANS, aura du mal à réaliser qu’elle aura 25 ans. Et que j’ai pas envie de CHANGER. L’État d’esprit « parlons de ça, c’est un sujet d’adulte » ne me correspond pas. Alors merci 🙂

  2. Un très bel article, très inspirant. Je me posais justement la réflexion de l’âge, de ce qua la société « impose » de faire, ou d’être, les codes etc… Tu as balayé les doutes en une fraction de seconde, ton article fait vraiment du bien.