Qui tentera, vivra.

Sous mes airs de fille à la vie et au look bohème, je suis quelqu’un de réfléchi, Très réfléchi, même.

D’ailleurs, quelqu’un me disait l’autre jour, que c’était justement ce décalage qui était sympa. Parce que quand on me rencontre pour la première fois, on pense bien souvent que je suis une jeune fille de 25 ans qui découvre la vie alors qu’en fait, je suis une jeune femme de biiiiiiiip, qui a déjà bien vécu.

Mes dix années à l’étranger m’ont apporté une expérience inestimable et sont mon moteur dans ma vie de tous les jours. Elles m’ont façonnée et m’ont appris à prendre du recul. Sur tout. Et c’est vachement bien. Mais ça ne m’empêche pas d’avoir des craintes, des doutes et des remises en question. J’aimerais vous dire que je suis zen au possible mais malheureusement, ce n’est pas la cas. Par contre, j’essaie un maximum de me servir de ce que je ressens pour les tourner en quelque chose de positif. 

Comme je lai déjà dit, je suis devenue très canadienne, dans le sens ou sourire et parler aux gens ne me dérangent pas. Je suis une adepte du « small talk » et de la « bisounours attitude« . Pour autant, cela ne fait pas de moi une fille naïve et co-conne. Je mesure chaque décision que je prends et j’agis rarement sur un coup de tête. J’ai toujours eu des parents qui m’ont soutenue mais quoiqu’il arrive, que ce soit quand je vivais à l’étranger ou maintenant en France, je suis la seule garante de mon existence. 

Je l’ai pris en main assez rapidement, c’était un besoin parce qu’il fallait que j’apprenne à me faire confiance pour pouvoir avancer. Et j’ai vite compris que faire des erreurs, subir des échecs, faisait parti du jeu. Et que ça ne faisait pas de soi un looser, au contraire, réussir à prendre un risque pour accomplir un truc qui nous tient à coeur est  déjà une victoire. Le reste, c’est du bonus. Bon d’accord, un gros bonus.

Récemment, j’ai décidé de mettre un peu plus l’accent sur mon côté free-lance et d’intégrer un espace collaboratif avec des copains qui sont d’une bienveillance extraordinaire. Tout comme ceux qui m’ont encouragée à le faire ( big up à eux. Et coeur avec les doigts. VRAIMENT). Je me suis dit que si je ne le faisais pas maintenant, je ne le ferais jamais. Et que cet espace qui se libérait était une trop belle opportunité. Voire, un signe. Que je ne pouvais pas passer à côté. Que vivre avec des regrets c’est moche. Et que vivre sans risques, c’est chiant. 

Alors voilà, je me jette dans le grand bain et comme j’ai appris à nager, en principe, ça devrait aller. En principe.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Oh je me reconnais bien dans ces mots aha…
    Au premier abord on a aussi tendance à me prendre pour une fille un peu nouille, toujours avec un grand sourire, a voir la vie du bon coté.
    et au bout d’une discussion tu te rends compte je ne suis peut etre pas si futile que ca et que mon sourire cache aussi un petit cerveau qui bouillonne.
    Je dis cela sans prétention, je ne suis pas plus intelligente qu’une autre mais surement pas plus coconne non plus.
    Bisous,
    Pêche

    1. A croire qu’il faut avoir l’air d’une peau de vache pour être pris au sérieu(se)x… pas grave, celles et ceux qui jugent aux premiers abords ne m’intéressent pas de toute façon 🙂
      Bisous

  2. J’adore tellement tes articles… 😀
    Je suis un peu comme toi, dans le sens où je ne prends pas beaucoup de décisions sur un coup de tête, et je réfléchis beaucoup.
    Et le corps humain flotte naturellement… xD
    Bisou<3

    1. Merci beaucoup !
      Oui, c’est un tout qu’il faut arriver à gérer, pour garder un esprit sain dans un corps sain 😉
      Bisou