Grandir, mais pas trop.

Alors qu’il est minuit et que je devrais faire ma Cendrillon, je me lance dans un bilan digne de Bridget Jones.

Et l’amour n’en fait toujours pas parti (au cas ou tu te poserais la question). Car le mec, ce sois-disant prince charmant, est tombé dans le ravin s’est perdu en route. Je ne vois pas d’autres explications. Enfin si, c’est peut-être à cause de mon indépendance que je hisse comme un étendard. Ça fait peur, paraît-il.

De toute façon, je n’ai jamais réfléchi à mes relations amoureuses, tout comme je n’ai jamais réfléchi à ma « carrière ». Ce n’est pas une peur de grandir,c’est plutôt la façon dont j’ai choisi de vivre ma vie. Ma pire crainte serait celle de « se prendre au sérieux ». Et de devenir chiante à mourir.

J’ai toujours songé à l’avenir mais de manière abstraite. Parce que le temps est fait de plein de cycles différents. Et d’occasions diverses. Et puis, je me cherche constamment. Je crois d’ailleurs que c’est important de rester ouvert au changement, peu importe l’âge. Mais oui, « je me sens mieux maintenant qu’à 20 ans », parce que j’ai grandi, parce que j’ai appris à avoir confiance en moi, à m’aimer et que tout ça ne se fait pas en un jour. Bon, tu peux trouver que c’est chiant, ce boulot là. Parce qu’en général, on n’a pas trop envie de réfléchir au « pourquoi du comment ». On veut simplement passer les caps de la vie sans trop y réfléchir. Mais comme je suis d’un naturel prise de tête, et que j’aime bien savoir, et comprendre, et analyser et, et, et ….(je sais, ça fait beaucoup de « et »), je ne laisse rien au hasard. 

Donc déjà, pour clarifier le truc, je ne souffre d’aucun syndrome. Je n’ai rien contre Peter Pan mais ce n’est pas parce que je vis toujours en colocation, que j’ai un vélo plutôt qu’une voiture et que mon objectif rentrée c’est de voyager un peu plus cette année, que ça fait de moi une adulte retardée. C’est juste que je continue de m’émerveiller comme une enfant, que quand je prends un rendez-vous j’ai chez le médecin ou que je vais à la poste, j’ai vraiment l’impression d’être une grande personne ( et parfois même, je le dis au téléphone à ma mère, comme si j’avais fait mes devoirs) et c’est vrai que ça peut paraître enfantin tout ça, mais ça ne m’a pas empêchée de partir vivre à l’étranger. Seule. Pendant 10 ans. 

Et je ne vois pas pourquoi il faudrait se donner un air particulier, ou avoir une situation « comme il se doit » pour prouver que l’on sait gérer sa vie. Je suis loin d’être naïve et je n’attends rien des autres, je vais donc continuer de vivre comme je l’entends. Jusqu’à présent, je men sors plutôt bien. 

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Merci pour ce beau billet dans lequel je me retrouve énormément.
    Savoir s’émerveiller se tout et garder son âme d’enfant est, pour moi, une grande richesse qu’il faut conserver le plus longtemps possible.
    Garder un oeil ouvert, curieux et bienveillant sur la vie rend nos quotidiens plus doux et heureux.
    Pour rien au monde je ne dirais adieu à la petite fille qui vit en moi.

    Bisous,
    Pêche

    1. Merci !
      Oui, il ne faut surtout pas oublier ni même négliger cette partie de nous. C’est un p’tit trèsor 🙂

      Bisous à toi.

  2. mERCI POUR CE BILLET ASSEZ CULPABILISANT POUR TOUTES LES PERSONNES QUI NE SE SENTENT PAS COMME LES AUTRES ALORS Qu’on est tous différents et que chacun évolue comme il veut. 🙂 Je me retrouve dans tes propos.