Et enfin, ne rien faire.

Quand je dis ça, ce n’est pas tout à fait vrai. Je ne fais pas rien. Mais je choisis ce que j’ai envie de faire et c’est un peu comme si, ce mois d’août, je reprenais le contrôle de ma vie.

C’est terrible quand on a ce sentiment de vivre les choses de manière accélérée, en ayant peur de ne pas avoir le temps ou de courir après alors qu’on est censé vivre le putain d’moment présent. Je me souviens avoir appelé une amie en mai parce que je me sentais un peu dépassée, que ma vie prenait un air de montagnes russes, que mon estomac et mon coeur avaient du mal à suivre, que j’essayais de reprendre mon souffle et puis j’ai compris que vraiment, j’étais juste fatiguée. 

Depuis septembre dernier, tout s’enchaîne et c’est exactement ce que je voulais ; entreprendre, apprendre, en y mettant toute mon âme et en veillant à ne pas me brûler les ailes. Mais au fond, je crois que je savais qu’à force de dire oui à trop de choses, je finirais par perdre pied. Alors bien sûr, je ne regrette rien, j’aime ce que je fais, je vais continuer et jamais je ne rentrerais dans un moule sociétale imposé, par contre, dés la rentrée, je vais essayer de faire les choses différemment, de trouver mon équilibre, la juste balance entre mon moi bohème (c’est plus doux à écrire que nomade) et mon moi sédentaire. 

C’est un peu une évidence, je n’arriverais jamais à être comme les autres, quand je dis les autres, ce n’est pas négatif, je parle simplement des filles (à mon âge je devrais dire femme mais je ne suis toujours pas à l’aise avec ce mot) qui suivent le chemin traditionnel tandis que moi je m’en écarte parce que je n’aime pas faire comme les autres, parce que j’en n’ai pas envie, parce que ce que j’attends avec impatience, là, c’est mon passeport et que tout au fond, secrètement, mon rêve le plus fou, ça serait décrire. Pour de vrai. Et idéalement dans une maison de campagne, au find fond de la Toscane. 

Et puis surtout, je ne considère pas le fait d’être seule comme un obstacle au bonheur, tout comme oser laisser entrer quelqu’un dans ma vie de fille compliquée ne me semble pas si surréaliste que ça, non plus. C’est juste que, franchement, je ne ferais pas d’effort particulier pour prouver que sous mes airs de fille indépendante, je ne suis pas une hystérique obsédée par le féminisme. 

 

En tout cas, pendant ce mois, tout ce qui m’importe, c’est de mettre au repos mon hyper activité cérébrale, de partir en Allemagne, de sentir l’odeur de la mer du nord, de rire aux éclats, de faire du vélo en rouspétant après mon père et ma soeur qui seront loin devant, de prendre des photos pour garder une trace et de rentrer en ayant l’esprit aussi léger que le vent.

 

Ne. Rien. Faire. À part respirer à mon rythme.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. J’ai le même ressenti et ces vacances sont l’occasion de faire ce que l’on veut, quand on veut, tranquillement et pas en mode 1000 km/h . C’est vraiment un bonheur