Projects

Deux ans plus tard. Un livre.

By November 14, 2021#!30Sun, 21 Nov 2021 12:35:09 +0000p0930#30Sun, 21 Nov 2021 12:35:09 +0000p-12+00:003030+00:00x30 21pm30pm-30Sun, 21 Nov 2021 12:35:09 +0000p12+00:003030+00:00x302021Sun, 21 Nov 2021 12:35:09 +000035123511pmSunday=448#!30Sun, 21 Nov 2021 12:35:09 +0000p+00:0011#November 21st, 2021#!30Sun, 21 Nov 2021 12:35:09 +0000p0930#/30Sun, 21 Nov 2021 12:35:09 +0000p-12+00:003030+00:00x30#!30Sun, 21 Nov 2021 12:35:09 +0000p+00:0011#No Comments
La réalisation

Avant de commencer ce projet, je m’étais plus ou moins fixé une date de publication, parce qu’il s’agissait d’un travail d’équipe et on ne sait jamais de quoi la vie est faite, l’un.e d’entre nous aurait très bien pu décider du jour au lendemain de déménager à l’autre bout de la planète (moi en l’occurence).

J’ai aussi établi un budget prévisionnel car réaliser un livre en auto-édition coûte de l’argent (surtout si vous choisissez une impression de qualité). En ce qui me concerne, la pandémie m’a freinée sur les voyages, ce qui m’a poussée à faire plus d’économie. Et puis la pré-vente du livre via ma campagne Ulule m’a permis de couvrir une grande partie des frais.

Hors l’aspect financier, le réel défi a été l’organisation et le maintien du moral des troupes. Deux ans, c’est à la fois long et rapide. Alors ça demande une motivation de tous les instants. Après, les gens qui me connaissent bien, savent que je suis entêtée et déterminée. Je déteste ne pas aller au bout des choses, mais là, j’ai du m’armer de patience et respirer un bon coup. Je n’ai jamais douté quant à l’aboutissement du projet, mais comme tout le monde, j’ai eu des baisses de régime. Heureusement,  j’ai pas flanché, et quand j’ai commencé à vraiment visualiser le livre, je me suis sentie comme Rocky Balboa qui gravit les marches et arrive au sommet. En forme, donc.

Ce projet de livre, c’était aussi du temps personnel, en dehors des mes heures de direction de centre de loisirs et de mes missions freelance parce que ne pas être salarié ne veut pas dire qu’on a plus de temps libre. On le gère différemment, c’est tout. Pour les séances photos par exemple, ll a fallu trouvé des plages horaires qui coïncident avec nos emploi du temps à toutes et parfois, on a dû faire avec les aléas de la vie. C’était un projet humain avant tout, et cela prévalait sur tout le reste évidemment.

L'équipe & l'entourage

Savoir bien s’entourer, à mon sens, c’est essentiel. C’est bien simple, seule, je n’aurais jamais réussi à faire ce livre.

J’ai connu Mathilde et Kevin ( les Ballade Studio) via leur travail, et je ne me voyais pas faire appel à d’autres personnes pour la création graphique (mise en page + typographie) du livre. Et franchement, je n’ai jamais aussi bien investi mon argent.

Et je n’avais aucun doute sur l’effet que produiraient les photos de Mathilde, vous êtes nombreux.ses à m’en parler et à vous en émerveiller, moi-même, je continue à les regarder avec beaucoup d’admiration et de tendresse.

Off record : on envisage très sérieusement de monter une exposition…

En plus d’une équipe solide, j’ai un entourage en or, qui a toujours su m’encourager, me mettre des coups de pieds aux fesses (aucun rapport avec la photo ci-dessus) quand il fallait et qui surtout, n’a jamais cessé de croire en moi. Réflexion faite, si j’arrive à être si indépendante, c’est justement  parce que j’ai un socle en béton.

L'imprimerie

Sur les recommandations de mon amie Lydie, j’ai fait appel à l’imprimerie leducq à Fagnières. Frédérique et son mari m’ont accompagnée tout le long du processus avec beaucoup de patience et de bienveillance.

Je n’y connaissais strictement rien, mais ma colocataire Anaïs qui avait travaillé y a quelques années comme cheffe de projet pour des marques de luxe, m’avait expliqué à quel point il était important de bien choisir son type d’impression, etc. J’ai quand même dû abandonner mon idée d’avoir une couverture rigide car c’était  hors de prix, par contre, j’ai mis le paquet sur le choix du papier. Et je voulais absolument que le titre soit en vernis métallique sur la couverture et la tranche.

Une impression de qualité coûte très chère mais je ne regrette aucun euro dépensé pour ce livre, il n’était pas question de brader tout le travail qui avait été fait derrière. Et quand je vois tous les retours positifs que je reçois, je suis doublement contente.

S’il y a bien une chose importante que j’ai apprise en vivant aux Etats-Unis et au Canada, c’est qu’il fallait être fier de ce que l’on accomplissait et de ne pas être gêné d’en parler.

Alors voilà, je suis fière d’elles, de nous. Et j’espère que ce livre encouragera d’autres personnes à se lancer.

Remember : « Ever tried, ever failed ».

Ceci n’est pas une pub pour des culottes menstruelles mais pour le livre que vous pouvez acheter (et lire confortablement, comme bon vous semble) ici : Livre, Déclaration d’amour.

Et si ça vous chante, envoyez-nous vos photos avec ! Sharing is caring you know.

Leave a Reply

Cookie Consent with Real Cookie Banner