Be yourselfMood

A propos de mon féminisme

By March 7, 2021#!31Sun, 21 Mar 2021 21:17:23 +0000p2331#31Sun, 21 Mar 2021 21:17:23 +0000p-9+00:003131+00:00x31 21pm31pm-31Sun, 21 Mar 2021 21:17:23 +0000p9+00:003131+00:00x312021Sun, 21 Mar 2021 21:17:23 +0000179173pmSunday=448#!31Sun, 21 Mar 2021 21:17:23 +0000p+00:003#March 21st, 2021#!31Sun, 21 Mar 2021 21:17:23 +0000p2331#/31Sun, 21 Mar 2021 21:17:23 +0000p-9+00:003131+00:00x31#!31Sun, 21 Mar 2021 21:17:23 +0000p+00:003#No Comments

Ouvrez vos agendas : cette année, je participe au festival MIA3. Il se tient à Châlons en Champagne du 30 juillet au 1er août et met en avant la création féminine.

C’est une amie, Lydie, qui m’a encouragée à y participer. Je vais animer un débat sur la représentation du corps de la femme dans la société et par la même occasion, je présenterais mon livre, qui sortira « Inshallah », quelques semaines après.

Pour être honnête, quand elle m’en a parlé, j’ai un peu hésité, je ne savais pas si j’étais légitime pour parler de tout ça.

Je n’ai rien d’une militante.

Même si oui, je suis féministe.

 

Enfant, je n’aimais pas particulièrement le rose, je ne me déguisais pas en princesse, je ne rêvais pas de mariage, j’avais les cheveux courts, je mettais des joggings et des shorts l’été parce que c’était plus pratique pour jouer dehors et dans la cour de l’école. Je n’ai jamais voulu être un garçon non plus. J’aimais bien me mettre en robe à certaines occasions, j’ai été contente de pouvoir -enfin- me faire pousser les cheveux et je ne prêtais pas de genre aux activités que je faisais.

Mes parents n’avaient pas de discours particulièrement féministe. Par contre, ma mère a veillé à ce que je sois indépendante. Parce qu’elle a son histoire à elle, qui laisse des traces et qui a influencé notre éducation.

Ils ne m’ont pas élevée non plus en disant que les filles devaient faire ci ou ça. Ce n’était pas le style de la maison.

Du coup, je n’ai jamais supporté les propos sexistes. Et j’en ai jamais toléré un seul.

Mais ce qui est encore plus révoltant, c’est qu’ils ne proviennent pas que des hommes. Souvent même, les femmes sont plus violentes et durs les unes envers les autres. Comme si c’était normal de faire ça. Comme si ça les rendait plus fortes. Plus fortes que les hommes. Malheureusement, c’est aussi la société qui a crée ce type de comportements. Si une femme veut réussir, elle doit se battre deux fois plus et si elle y parvient, on la jugera quand même. On dira d’elle qu’elle est psycho-rigide, calculatrice. et sûrement mal baisée.

Personnellement, je ne me suis jamais considérée au dessus de qui que ce soit. Je ne cherche pas non plus à montrer que je n’ai pas besoin d’un homme dans ma vie. Ou que je suis meilleur qu’eux. Disons que je vis bien mon célibat, que j’ai appris que mon bonheur ne dépendait que de moi et si , je rencontre quelqu’un qui partage les mêmes valeurs que moi, j’en serai la plus heureuse. For ever and ever.

Je vous tiendrai au courant si ce rêve devient réalité. En attendant, je vais continuer de vivre ma féminité avec les cheveux coiffés ou non, du rouge à lèvres ou pas et en faisant la gueule si j’en ai envie.
Je vous embrasse les meufs. Et les mecs aussi. Of course.

Leave a Reply