Humeur

Deux-mille-vingt-et-un, je te préviens.

By janvier 24, 2021No Comments

Que bon, on attend beaucoup de toi.

Oui je sais, on est peut-être même un peu trop exigeant. Mais c’est à cause de 2020 aussi, c’était une année super flou, une année de soumission et d’interdiction.

Heureusement pour moi, je fais parti de celle et ceux qui n’ont pas été touchés professionnellement. J’ai même eu une très bonne année. Sauf que parfois, on est un peu gêné de le dire, comme si on était coupable d’un truc dont on n’est même pas responsable.

Sinon, pour le reste, c’est comme tout le monde.

J’utilise les mots « distanciel » et « présentiel ». Et la routine m’a rattrapée. Pas de sorties culturelles, pas de verre dans un bar, moins d’éclats de rire, de sourires volées, de regards échangés. On vit à moitié. Et on a très envie de s’enfuir. Mais même ça, on ne peut plus. Enfin, on peut encore un petit peu mais ça n’a pas le même goût.

Alors on puise dans les souvenirs, on plonge dans de vieilles photos,

pour se rappeler ce que c’est de vivre en entier.

 

Ça ne change pas la situation, mais ça fait du bien. Ça fait travailler la mémoire, aussi.

Puis forcément, la réalité nous rattrape. Du coup, on tente d’oublier que l’on ne peut plus vraiment voyager. On essaie de ne pas trop regarder les informations, d’ignorer les complotistes et on évite les j’ai-réponse-à-tout. Parce que depuis un an, personne n’a-réponse-à-rien.

Mais pas de panique, notre espoir a plusieurs noms, Pfizer, Moderna, on s’est mis à les aimer passionnément et on est prêt à leur donner notre bout d’épaule les yeux fermés. Sauf qu’on n’est pas les seules. Va falloir les partager avec le reste du monde. Et le monde est grand. Très grand.

Alors, on attend patiemment que le brouillard se dissipe,

en espérant que la lumière brillera encore plus qu’avant.

 

Mais on espère surtout, quand tout sera derrière nous, qu’on arrivera à nouveau à se regarder dans les yeux, à se sourire et à se prendre dans les bras. Parce qu’on n’a pas vraiment envie d’un monde rempli de silences gênés, et de gestes hésitants.

Leave a Reply