Ici c’est Reims

Cette année, j’ai envie de mettre l’accent sur sur ma vie, ici, à Reims. MA VIE À REIMS. Ça y est, c’est assimilé. Avant c’était un truc qui me gênait, de le dire. Comme si j’avais pas un peu honte de ce retour. Mais merde, je suis bien ici. 

Y a des gens parfois qui ne comprennent vraiment pas. Et oui, ceux-là, ils sont énervants. Comme si retourner vivre dans la ville qui t’a vue grandir, c’était un échec. Alors qu’avant, on me demandait comment j’arrivais à vivre loin de mes proches, voilà que là, on me  demande comment j’ai pu quitter le Canada. Et quand bien même c’est un petit peu faire « marche arrière », qu’est-ce qu’on s’en fout, du moment que ça me plaît d’être là.

Mais heureusement, ils ne sont pas trop nombreux. Et puis je crois que ce n’est pas méchant. C’est juste que ça les dépasse un peu. Et au fond ce n’est pas grave, je sais que les raisons qui m’ont poussée à m’installer à Reims sont les meilleures du monde.

Reims n’est plus du tout la même ville que j’ai connue quand j’étais ado et étudiante. Je ne suis plus non plus la même personne. Elle et moi nous avons changé. Et jamais il ne me viendrait à l’esprit de revivre mes années lycées. Un, parce que le passé c’est le passé. Et deux, parce qu’on n’est pas obligé de retomber dans la même routine. Ça change la vie, quoi.

Et puis d’ailleurs, j’ai pas du tout envie de la même chose. Heureusement, je suis une adulte , paraît-il. 

J’ai rencontré un tas de gens nouveaux, des biens, des moins biens, des super biens, parce que peu importe l’âge et l’endroit, ça arrive encore de se faire surprendre, et moi, j’aime bien ces surprises de mon quotidien rémois. Je marche dans les rues de Reims, je me balade d’évènements en évènements, je lève la tête, je prends des photos, je me plains comme tout le monde, du ciel gris et de cette foutue pluie qui n’en finit pas, mais surtout, je me construis des moments. Des jolis moments.

Cette année, j’ai vraiment envie d’être heureuse, même si apparemment l’homme de ma vie n’existe que dans un futur imaginaire, je m’en fiche. Je vais continuer de parler aux gens, de sortir, d’élargir mon cercle amical avec des personnes étonnantes (on en rencontre ici aussi) , qui me font confiance,  qui m’inspirent. Parce que pour ça aussi, y a pas d’âge. Je suis sensible aux nouvelles rencontres, c’est pas de la niaiserie. Ça vaccine plutôt contre l’amertume. Et peut-être la connerie aussi. 

Le seul truc qui m’emmerde un peu, ce sont les gens qui restent entre eux. Qui jugent beaucoup trop facilement, qui pensent être au-dessus des autres. Mais de toute façon, c’est universel. Chaque ville a son lot de personnes arrogantes. Faut juste savoir les éviter ou apprendre à les ignorer. Comme le mauvais temps. Crois-moi, c’est pas si compliqué.

Voilà, tout ça pour dire que j’ai arrêté de me perdre. Je vais continuer de boire du champagne et de remplir mon album de moments rémois. Parce que je sais pas si tu as remarqué, mais le temps passe vite.

Crédit Photos : Anne Lemaître

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Jasmin, tu sais que j’aime bien reims et la plus belle cathédrale du monde que vous avez la chance de voir toujours… Mais c’est vrai que pour MOi il manque « un peu » de soleil, mais c’est pire au Canada… Enjoy TA vie Rémois !

    1. Gracias Pilar !
      Tu sais, moi aussi le soleil me manque mais je vais essayer de me montrer patiente…
      Besos mi amiga 🙂

  2. T´arrive-t-il au fil de ces rencontres justement d´avoir une conversation tellement géniale que tu en oublies le temps, de te sentir soudainement hyper proche de cette personne? Je suis sûre que c´est comme ca que tu rencontreras ton âme soeur. 🙂
    Continue à aimer la vie, à en profiter comme tu sais si bien le faire, à découvrir de nouvelles choses, à apprendre.
    Sache que tu es aimée, même par des gens qui ne t´ont jamais vue. <3

    1. Tu as toujours les mots pour me faire sourire. Merci.
      Un jour y a longtemps, j’avais cru le rencontrer, mais je me trompe souvent.
      Je vais quand même continuer à aimer comme tu le dis si bien.
      Prends soin de toi.

  3. COMME TOUJOURS TES RÉFLEXIONS SONT HYPER INSPIRANTES 😉
    Pourquoi faudrait-il quitter pour toujourd sa ville natale? C’est bête comme concept d’autant plus que c’est pas comme si tu n’avais Pas vu / tu ne continue pas de voir lE mOnde!
    Quant à rencontrer de nouvelles personnes, je ne peux qu’être d’accord: même si ça ne débouche pas sur des amiTiés, les échanges font aussi ce que nous sommes.

    1. MERCI 🙂
      Ce qui est important au final, c’est de savoir pourquoi on fait les choses. Et de garder un esprit ouvert, peu importe le lieu. Et oui, les rencontres sont primordiales, bien souvent, elles sont un moteur dans notre vie !

  4. Quand on est bien avec soi, on est bien Partout! Moi je suis messine devenue rémoise et depuis 4 ans je vis en ile-de-france… J’ai droit à des clichés des 2 côtés : certains parisiens  » pour vivre a Reims faut pas aimer sortir »,etc. Et certains rémois qui me disent que « l idf c est que de la pollution » « qu’ y a pas de nature » (Fou rire j’ai la forêt en bas de chez moi)..Bref y a du bien partout : a Reims tu peux te payer/louer un super appart ou une super maison pour pas cher, tu fais rarement la queue pour le ciné, tu galères jamais pour te garer, c est moins bondé, les restos remois sont SUPER et pas trop chers.. en idf: tu te fais des potes étrangers facilement , tu peux te faire un stade de France en quittant du boulot, tu rejoins l aéroport en 20mns, tout est TOUJOURS Ouvert..Tu as 2 samedis et pas un samedi dimanche:) bref moi je vois du POSITIF partout !!!

  5. salut jasmin 🙂

    (tu vas croire que je suis folle mon dieu, en fait j’ai laissé ton blog dans un ouvert pour pouvoir continuer à lire les articles pendant mes pauses ;))

    Je suis dans une réflexion similaire en ce moment… parfois j’ai envie de retourner quelques mois ou années vivre dans ma ville d’adolescence (nantes) mais en même temps il y a encore des personnes de cette époque qui habitent là bas. Lorsque je les croise je ressens un énorme malaise… J’aimerai y habiter mais que la ville ait fait table rase du passé en quelques sortes. Est-ce que cela t’arrives maintenant que tu es revenue à reims ?

    idéalement, j’aimerai aller dans une autre ville (bordeaux) mais ce n’est pas encore dans mon futur proche…

    Bonne journée <3

    1. Salut Sibylle !

      Mais non tu n’es pas folle 🙂
      Si vraiment tu as envie de repartir dans ta ville d’origine, il faut d’abord que tu règles tous les obstacles liés au passé. Et puis, oui, il est possible de tout recommencer à zéro dans un lieu que l’on connait bien. Il suffit de le voir différemment.

      Bisous.