Ces gens, qui m’inspirent.

Y en a eu des tas. Y en a un tas. Et j’espère qu’il y en aura encore des tas.

Et quand je dis « qui m’inspirent », je parle de gens, peu importe l’âge, qui me donnent la gnaque. Est-ce-que ça veut dire belle maison, grosse carrière et jolie voiture ? Non. Pas du tout. 

Je n’ai jamais été impressionnée par la réussite sociale, parce que bon, au bout du compte, on est tous égaux devant la mort. Pardon si je plombe un peu l’ambiance hein. Ce que je veux dire, c’est que les gens qui me font vibrer sont ceux qui n’ont jamais baissé les bras, qui n’ont jamais abandonné leurs rêves même face aux coups bas de la vie, face aux détracteurs, aux obstacles qui peuvent paraître insurmontables, face aux découragements de certains proches.

Ces gens-là, ces espèces de super-héros, mériteraient une rue un boulevard à leur nom.

J’ai eu une élève haïtienne à Toronto qui est arrivée au Canada juste après le tremblement de terre à Haïti. Elle devait avoir 13-14 ans. Au début, elle pleurait presque tous les jours, ce départ subi de son pays d’origine était un vrai déchirement. J’essayais de trouver les mots justes mais tout ce que j’arrivais à lui dire c’est qu’avec le temps, elle s’habituerait à son nouvel environnement, avec le temps, son chagrin s’atténuerait. Ça était le cas. Au fil des mois et des années, je l’ai vue s’épanouir. Elle avait une sacrée force de caractère, elle qui craignait tant l’anglais, était la première à participer en classe, elle s’est investit dans la vie de l’école et lors d’un spectacle du Mois de l’Histoire des Noirs (célébré tous les ans au Canada), elle a chanté devant tous les élèves. Franchement, big up à elle. Quel parcours inspirant.

Et des élèves comme Naïka, des déracinés à cause de catastrophes climatiques ou à cause de conflits dans leurs pays, j’en avais énormément. Je ne leur ai jamais vraiment dit je crois mais ils m’impressionnaient vachement.

Quand je travaillais à San Francisco, j’avais un collègue qui était originaire de la Sierra Leone. Toute sa famille avait été assassinée là-bas. Il a fui et s’est installé aux Etats-Unis et y a poursuivi des études. Je l’ai écouté me raconter son histoire. J’osais à peine respirer. Je me souviens bien de lui et surtout de son sourire. Jamais  je ne l’ai entendu se plaindre ou avoir un mot plus haut que l’autre. Jamais. 

Et puis que dire de mon amie Luz, qui à 35 ans a fait face à un cancer agressif, qui m’a foutu une putain de trouille même si je gardais ça pour moi parce qu’elle était tellement forte, parce que j’avais pas le droit de flancher. Surtout pas. Quand j’allais la voir en chimio, on se baladait dans l’hôpital comme si de rien n’était, on discutait garçons et autres sujets hautement philosophiques. Et on riait. Tout le long de son traitement, on n’a jamais arrêté de rire. Elle vient me voir cet été en France, je m’estime chanceuse d’avoir une amie comme elle.

Luz, if you read it, you have to know, you are my daily inspiration. Fuck yeah.

 

Evidemment, celle qui m’inspire depuis le début, c’est ma mère, qui a quitté l’Allemagne et son travail pour aller dans un pays qui lui était hostile (je vous épargne les détails mais par exemple, quand j’étais gamine, on lançait des oeufs sur notre maison) et dans lequel elle a dû tout reconstruire. De A à Z.

 

Alors voilà, des gens inspirants, j’en ai rencontré tout le long de mes voyages et expatriations. Et aussi depuis mon retour en France. J’aime dire que je leur vole un peu de leur histoire pour créer la mienne. Enfin, disons plutôt que je leur vole un peu de leur courage, un peu de leur détermination, un peu de leur positivisme, un peu de tout ce qui me permet, à moi, d’aller toujours de l’avant.

Finalement, y a quelque chose d’un peu égoïste dans les rencontres mais quand elles deviennent notre mantra, qu’elles nous apprennent un tas truc sur la vie, on sait qu’on a fait les bonnes. Et on leur rendra au centuple. Si possible en tout cas.

Related post

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. J’aime beaucoup votre blog. Un plaisir de venir flâner sur vos pages. une belle découverte, un enchantement. blog très intéressant et bien construit. Vous pouvez visiter mon univers. Au plaisir

    1. Merci Alex ! Et ça fait tellement TOUJOURS plaisir de lire tes commentaires! Je t’embrasse bien fort !

  2. C’est tellement touchant comme article… Moi aussi les gens qui m’inspirent le plus sont souvent des personnes discretes, pas de grandes stars, mais tellement fortes