Avoir confiance en soi.

Y a quelques jours, il m’est arrivé un truc un peu dingo. Une journaliste de France 5 de l’émission Allo docteurs m’a contactée via mon blog pour savoir si j’étais d’accord pour parler de confiance en soi sur leur plateau.

Au début, j’ai pris ça pour une blague. Parce que oui, je parle plus ou moins de développement personnel par ici, mais je ne pensais pas que je renvoyais cette image de meuf qui se fait confiance. Enfin, pas à ce point-là. Mais tant mieux. Parce que je reviens de loin. Au sens propre comme figuré. Alors évidemment, j’ai accepté. Sans réfléchir. 

La confiance en soi est un sujet méga important et intéressant. Et c’est la base de tout. Absolument tout. C’est un peu comme une arme fatale mais pas pour faire du mal, bien au contraire.

Alors primo, elle passe déjà par l’acceptation et l’amour de soi.

SI tu ne t’aimes pas, tu ne peux pas te faire confiance. Et si tu ne te fais pas confiance, tu vas avoir du mal à avancer. Ou pas comme il le faut. Pas comme tu l’aimerais vraiment. Je sais qu’on lit ça dans un tas de magazines en ce moment et que ça en deviendrait presque relou… mais pourtant ils ont raison. Parce que réfléchis-y 5 minutes (plus si tu as le temps), si tu ne t’aimes pas, comment veux-tu prendre des décisions qui sont bonnes pour toi ? Et bien tu as tout compris, tu ne peux pas. A la place, tu te trouveras mille excuses pour ne rien tenter parce que de toute façon t’es pas assez ceci et pas assez cela. Alors d’accord, c’est terrifiant de sortir de sa zone de confort, peut-être que tu te planteras, plusieurs fois même, mais au moins tu auras essayé. Croire en soi, c’est bien souvent se mettre en danger, parce qu’on est sûr de rien. Comme dans la vie.

Deuxio, n’attend pas que les autres t’aiment pour le faire.

J’ai toujours trouvé ça triste et même inquiétant, les filles qui ont besoin d’être en couple pour se sentir belles et exister. Ou celles et ceux qui ont besoin d’une éternelle reconnaissance. Parce que là, je te le dis tout de suite, y a un soucis. Peut-être un petit signe de dépendance affective. Je ne suis pas psy, j’en ai juste consulté une pendant presque deux ans. Et ça m’a permis de comprendre un tas de choses, notamment que le regard de l’autre ne doit avoir aucune incidence sur qui tu es, ou qui tu as envie de devenir. Ça n’a rien à avoir avec de l’arrogance, c’est simplement que tu es un individu à part entière, avec tes forces, tes faiblesses et que personne n’a le droit de te dire qui tu dois être. Et toute cette énergie que tu déploies à t’occuper de ce que pensent les autres, et bien utilise la pour toi. Oui, je sais que c’est difficile, je sais que prendre du recul et le lâcher-prise demandent un travail énorme et constant.

Mais malgré tout, tu sais pourquoi je continue à le faire ? Parce que je me sens libre. Et fière . Oui. Fière.

Tercio, sors de ta zone de confort.

Je ne te dis pas de te barrer forcément comme moi 10 ans à l’étranger (après si tu en as envie, fonce) mais ce que je veux dire, c’est que c’est important de bousculer ses habitudes, de faire des trucs dont tu as envie mais dont tu ne te sens pas capable parce que tu t’es mis en tête, que tu n’étais pas à la hauteur. Essayer de nouvelles choses peut te faire prendre des chemins inattendus, te faire rencontrer des personnes qui vont avoir un impact positif sur ta vie, te faire réfléchir sur le sens que tu lui donnes, comment tu aimerais la voir évoluer et ça pousse parfois à la remise en question. Essentielle pour trouver son équilibre et sur le long terme, croire en soi. 

Tellement de gens consacrent leur vie à ne penser qu’à leur carrière et aux autres qu’ils en oublient de penser à eux. A qui ils sont vraiment. 

J’ai longtemps erré avant de me trouver, je suis passée par plein de phases comme le dénis, la dévalorisation, l’angoisse, le contrôle, la peur etc. Par exemple, il m’est souvent arrivé d’aimer les mauvais garçons parce que j’avais l’impression que je ne méritais pas mieux et puis j’ai compris que c’était moi qui m’étais mis ça en tête. Mais depuis que j’ai pris conscience de ce que je vaux, du chemin que j’ai parcouru (et que je ne le dois qu’à moi) et bien je suis confiante, et bien plus sûr de moi.

Je ne sais toujours pas de quoi demain est fait, mais comme me l’a rappelé IAM y a pas si longtemps sur scène, demain, c’est loin.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. oui, S’accepter soi-même et s’aimer est essentiel ! s’affranchir du regard des autres aussi, mais c’est une etape très difficile en ce qui me concerne. je vais mieux maintenant de ce cote-la, mais çà n’a pas été très vite le cas. sortir de ma zone de confort est mon grand défi ! pour le moment, je n’y arrive pas du tout, je me cache, je me faufile, je m’accroche à mes petits conforts !

  2. Hello, j’ai adore cet article, je trouve que tu as des mots juste! Avoir confiance en soi n’est pas une chose facile, je pense que chacun y arrive a son rYhtme et avec son veCu… en premier lieu il faut surtout s’eloigner Des personnes toxiques ! Beef ton ARTICLE m’a beaucoup plus de gros bisous

  3. Ah la confiance en soi, cette chose qui me fait en partie défaut. Je travaille ça avec ma psy puisque j’ai des troubles alimentaires donc que je vois quelqu’un pour ça. C’est dur de ne pas se fier aux jugements des autres et ça prend beaucoup de temps de s’en détacher.
    Mais il est vrai qu’en réalité, on a pas besoin du regard des autres si l’on fait ce qui nous plait !
    Méryl ☀| Simplement Méryl

    1. Bonjour Méryl !
      C’est bien que tu vois quelqu’un qui puisse t’aider, c’est déjà un grand pas. Sois patiente, tout se mettra en place tranquillement, sans pression 🙂
      Bises